Cité judiciaire au Plateau du St Esprit

  • Type : Bâtiments
  • Etat d’avancement : Finalisé
  • Autorité compétente : Administration des Bâtiments publics
  • Date de mise en service : 6 octobre 2008
  • Commune(s) : Luxembourg

Présentation

L’institution judiciaire continue à manquer de place et les conditions de travail et de sécurité du personnel affecté aux services judiciaires ne font que se détériorer d’année en année.

L’objet du présent projet est de regrouper tous les corps judiciaires et tous les services actuellement logés dans différents bâtiments de la Ville de Luxembourg, sur un seul site à savoir le plateau du Saint Esprit, en y construisant une véritable Cité judiciaire, dans laquelle sera intégré le bâtiment Vauban.

Actuellement les différents corps de justice et services attenants sont disséminés sur au moins huit bâtiments, sans lien organique ou fonctionnel.

Pourtant l’institution judiciaire constitue l’un des trois pouvoirs constitutionnels de l’Etat et ce pouvoir, pour remplir sa mission, doit disposer d’une infrastructure et d’un emplacement correspondant à sa fonction et à son rôle dans l’Etat.

Le 25 octobre 1991 le Gouvernement en conseil a pris la décision officielle de faire édifier un nouveau Palais de Justice sur un site prestigieux.

Finalement le plateau du Saint Esprit a été retenu. Ce site a l’avantage d’être la propriété de l’Etat et se trouve à proximité de la vieille ville, ce qui correspond au rang de la justice qui, à l’instar des autres institutions fondamentales, doit avoir son siège au coeur de la capitale.

Concept urbanistique et paysager

Site d'implantation

Après avoir envisagé différents sites pour le nouveau Palais de Justice, le Gouvernement a pris la décision de retenir le plateau du Saint Esprit comme terrain d’implantation pour les nouvelles infrastructures réservées au pouvoir judiciaire à Luxembourg.

Ce site offre l’avantage d’être situé au coeur historique de la capitale.

Seuls subsistaient le manège et l’ancienne caserne dite bâtiment Vauban qui abritait certains services de l’Etat comme le Ministère de la Force publique et le bureau des Hypothèques de l’Enregistrement.

Au début des années 70 le Gouvernement avait lancé un concours entre architectes pour la réalisation d’une nouvelle Chambre des Députés. Ce projet, fondamentalement modifié par la suite a été voté par la Chambre en 1980, puis abandonné. Seuls le parking souterrain, l’ascenseur vers le Grund et l’aménagement de la place du Saint Esprit furent réalisés.

Par la suite les maisons individuelles situées à l’embranchement de la rue du Saint Esprit et un petit parking en surface ont fait place au grand immeuble d’habitation et de commerce qui forme aujourd’hui le front de place côté vieille ville.

Parti urbanistique

Il s’agit, dès la conception urbanistique, d’honorer l’inscription, en 1994, des vieux quartiers et des fortifications de la Ville sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le choix même du site conditionne en quelque sorte le parti urbanistique du projet. En effet le plateau du Saint Esprit est un site très exposé et particulièrement sensible en raison des fortifications de Vauban qui font partie intégrante de sa silhouette. Une analyse typologique de cette silhouette fait apparaître que le tissu bâti de la vieille ville s’arrête avant le plateau du Saint Esprit qui, en fait, ne comprend pas - ou plus - de constructions. Une certaine logique conduit ainsi à compléter la silhouette par la construction de gabarits limités, assimilables à la typologie des constructions de la rue du Saint Esprit et de la Corniche.

C’est donc tout naturellement que le choix du parti urbanistique s’est orienté vers le principe de la Cité judiciaire.

La façon de distribuer ainsi le programme en plusieurs bâtiments permet de créer un concept urbanistique et une silhouette compatibles avec le site, suggérant en quelque sorte l’image d’un quartier de ville. Cette solution apparaît comme plus vivante et plus humaine que la version « grand bâtiment » qui est plus monumentale et plus classique. Il faut, en effet, craindre qu’un grand bâtiment - tel qu’il figurait sur l’une des propositions initiales des architectes - détruirait d’emblée le site par sa masse, sa hauteur et la longueur de ses façades. D’autre part, les représentants des services judiciaires qui étaient intimement associés au développement de l’étude, ont fait savoir que la tendance actuelle va également dans le sens de la Cité judiciaire dans d’autres pays comme par exemple la France. Cette présentation moins rébarbative de la justice est pour certains également plus conforme à l’esprit luxembourgeois où la plupart des ministères et des administrations sont installés plutôt dans des bâtiments de moindre envergure que dans de grandes bâtisses.

Concept architectural

La nouvelle Cité judiciaire est composée de six bâtiments principaux constituant chacun une unité fonctionnelle :

  • La Cour supérieure de Justice et le Parquet général
  • Le Tribunal d’arrondissement
  • Le Parquet du Tribunal d'Arrondissement
  • La Justice de Paix
  • Le Tribunal de la Jeunesse
  • Les Services communs

La composition d’ensemble est largement conditionnée par le parti urbanistique choisi. La conception architecturale et le choix des matériaux - pierre de taille, enduit, ardoise - découlent de la même option d’intégration dans le site.

Les plus hautes instances du pouvoir judiciaire forment l’élément central de la composition. La nouvelle place du Saint Esprit sera mieux cadrée qu’elle ne l'était auparavant.

Pour loger l’ensemble du programme sur le site tout en évitant des hauteurs excessives pour les bâtiments projetés sur ou à proximité immédiate des remparts, les architectes ont été amenés à prévoir une extension du bâtiment Vauban qu’il est prévu d’affecter au présent projet.

Les plans et photomontages de la Cité judiciaire publiés sur ce site montrent la version du projet remanié, tel qu’il a été présenté devant la Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO en décembre 2001 à Helsinki.

Afin de s’assumer de la stabilité de la paroi rocheuse surplombant une partie du quartier du Grund, une étude quant aux risques d'instabilités rocheuses liés aux travaux de terrassement a été réalisée par le Centre d’Etudes de l’Equipement de Lyon en octobre 2001.

Concept technique

La centrale d’énergie projetée dans l’enceinte de la Cité judiciaire sera dimensionnée de façon à pouvoir, dans l’avenir, desservir également les autres bâtiments de l’Etat implantés dans les proches alentours.

Le concept énergétique prévoit l’installation d’un système de temporisation des dalles, c.à.d. des tuyaux coulés dans les dalles béton des différents étages transporteront selon les besoins, de l’eau chaude aux fins de chauffage ou bien de l’eau froide afin de rafraîchir les locaux en été.

Seules les salles d'audience seront ventilées et climatisées. Il en est de même pour la grande bibliothèque, la grande salle de formation et la salle des ordinateurs.

Les équipements électriques seront conformes aux exigences normatives actuellement en vigueur. Tous les bureaux seront équipés d'un réseau informatique performant afin d'assurer une gestion administrative conforme aux critères actuels.

En ce qui concerne la sécurité d’accès aux différents bâtiments, il y a lieu de préciser que plusieurs zones de sécurité (zones publiques, semi-publiques, sécurisées et hautement sécurisées) seront aménagées dans les différents bâtiments qui seront accessibles moyennant un système de badge électronique.

Fiche technique

Maîtrise d'oeuvre

  • Architectes : Ass. Mom. Rob Krier - Ch. Kohl / Architecture & Environnement SA
  • Ingénieur en génie civil : Arcis s.à.r.l.
  • Ingénieur en génie électrique : SGI Ingeniérie SA
  • Ingénieur en génie thermique : RMC-Consulting s.à.r.l.
  • Ingénieur en génie sanitaire : S&E Consult sa
  • Paysagiste : /
  • Bureau de contrôle technique : Socotec Luxembourg
  • Organisme agréé : AIB-Vinçotte
  • Coordinateur sécurité santé : Argest sa
  • Coordinateur-pilote : Ass. Mom. Luxconsult / Geprolux

Chiffres clés du projet

  • Surface nette : 25.000 m2 hors-sol
  • Volume bâti : 135.000 m3 hors-sol
  • Budget du projet : EUR 125.000.000.- TTC (i=501,34)

Timing

  • Vote de la loi par la Chambre des Députés : 06/04/1999 et 03/08/2005
  • Début du chantier : juin 2003
  • Inauguration : 6/10/2008

Galerie photos

Plan

Photos

  1. ©GagaPix

  2. ©GagaPix

  3. ©GagaPix

  4. ©GagaPix

  5. ©GagaPix

  6. ©GagaPix

  7. ©GagaPix

Dernière mise à jour