Comptage du trafic

L'Administration des ponts et chaussées procède à un comptage permanent et automatique du trafic routier par le moyen de compteurs installés à travers tout le Grand-Duché sur les autoroutes, les routes nationales et les pistes cyclables.

Les résultats de ces comptages sont traités et par la suite rendus accessible sous formes de diagrammes et tableaux.

Le tableau comprend les informations suivantes:

  • un descriptif du compteur,
  • une carte de localisation précise du compteur,
  • les résultats sous forme de diagrammes,
  • les résultats sous forme de fiche détaillée
  • et un diagramme de l'évolution du trafic moyen

Notre administration exploite des postes de comptages permanents et ponctuels

  • sur les autoroutes qui sont gérés par le CITA
  • sur les routes nationales et les chemins repris
  • sur les pistes cyclables.

La gérance, l’entretient et le traitement des nombreuses données se fait par la « Division informatique et Gestion ».

Liste des compteurs

Veuillez trouver la liste des compteurs disponible.

Explications concernant les graphiques - 3 jours moyens

On calcule l’intensité cherchée comme la moyenne pondérée des intensités sur 3 jours, soit :  

  • la moyenne des jours ouvrés (pondérée par 5/7, pour 5 jours ouvrés par semaine),
  • la moyenne des samedis (pondérée par 1/7),
  • la moyenne des dimanches et jours fériés légaux (pondérée par 1/7).

Trafic journalier moyen (TJM)

Par trafic journalier moyen, on entend la moyenne du trafic sur 24 heures de tous les jours de l'année.

Trafic journalier moyen des jours ouvrables (TJMO)

Par trafic journalier moyen des jours ouvrables, on entend la moyenne du trafic sur 24 heures des jours ouvrables de la semaine (lundi - vendredi), exception faite des jours fériés.

Comptage par radar

Nos systèmes mesurent en permanence les mouvements des véhicules sur la voirie dans les deux sens. Les compteurs sont branchés soit sur l’éclairage public soit sur une station voltaïque qui alimente une batterie. Les données sont enregistrées dans la mémoire interne et sont ensuite envoyées régulièrement sur un serveur.

En 2016, nous avons commencé à remplacer les anciens compteurs « VIA2 » par une nouvelle génération de compteur « SDR » de l’entreprise Data Collect.

Cette nouvelle génération de compteur permet :

  1. une communication sécurisée avec nos serveurs
  2. la transmission journalière des valeurs enregistrées
  3. de surveiller la charge des batteries

Dans la phase transitoire, les compteurs « VIA2 » sont utilisés pour les postes de comptage permanent jusqu’à leur remplacement par les « SDR » et seront ensuite utilisés pour les comptages ponctuels jusqu’à leur fin de vie.

Le système mesure et mémorise les valeurs suivantes:

  • une valeur proportionnelle à la longueur du véhicule pour la classification. Nous faisons une distinction entre les deux classes suivantes :
    • véhicules individuel : toutes véhicules avec une longueur approximative jusqu’à 8,6m
    • utilitaires : toutes véhicules avec une longueur approximative de plus à 8,6m
  • la vitesse de chaque véhicule
  • détection du sens de passage
  • le temps écoulé entre le passage de deux véhicules
  • la charge des batteries

Comptage par caméra

©(C) Caplio 500SE User

Cette méthode est uniquement utilisée pour le comptage ponctuel. Le flux vidéo enregistré est évalué et traité par un logiciel spécifique. Cela nous permet non seulement de mesurer la quantité, mais également d'analyser le flux du trafic sur les carrefours, les bifurcations et les ronds-points ainsi qu'une catégorisation plus détaillée des motos, voitures, véhicules intermédiaires, utilitaires, véhicules articulés et transport public.

Pour respecter la loi de la protection des données, les enregistrements sont détruits après leurs analyses. Dès le début de l’enregistrement, une reconnaissance des personnes n’est pas possible, de même les plaques d’immatriculation des véhicules sont illisibles et ne sont pas analysées.

Comptage pour les pistes cyclables

Compteur « ZELT » pour vélos

La boucle « ZELT » est une technologie similaire à celle des boucles inductives, développée et améliorée par « Eco-Compteur ». Le compteur analyse la signature magnétique de chaque roue de vélo. Ils ont une autonomie d’alimentation d’un an, ensuite les batteries seront remplacées. Les données mesurées et enregistrées en permanence, sont transmises chaque nuit sur un serveur.

Fonctionnalités:

  • Analyse en direct des véhicules passant sur la boucle pour filtré les vélos sur voies partagées
  • Détection du sens de passage
  • Comptage de groupes de vélos

Historique

Les premiers recensements automatisés effectués au niveau national débutent dans les années soixante-dix. Ce premier système fonctionne avec des boucles placées sur la chaussée et enregistre les véhicules par bandes perforées.

Dans les années quatre-vingts le système « Golden River » avec enregistrement sur bande magnétique a pris la relève.

En 1993 les premiers système « ATAC » avec des capteurs intrusifs ont été installés. Ce système avec des capteurs-détecteurs à boucles inductives placées sous la chaussée était capable d’enregistrer toutes les demi-heures, dans une mémoire non-volatile, la date, l'heure ainsi que le cumul respectif des voitures à personnes et véhicules utilitaires. Avec ce système une première classification automatisé des véhicules était possible.

Depuis 2007 les systèmes « ATAC » sont remplacés par des compteurs « Viacount » avec des capteurs non-intrusifs utilisant un « radar doppler ».

Depuis 2013 les premiers compteurs vélos avec des boucles « ZELT» ont été installés sur les pistes cyclables.

À partir de 2016, les anciens compteurs « VIA2 » sont remplacés par une nouvelle génération de compteur « SDR » de l’entreprise Data Collect.

Des recensements du trafic manuels ne sont plus organisés par note Administration.

Dernière mise à jour